Sarkozy au salon de l’agriculture: « l’environnement ça suffit ! »

Publié le 8 mars 2010 • Rubrique : Actualités de France, L'actu de la réforme

Clôturant le Salon de l’agriculture le 6 mars, le chef de l’Etat a réuni les syndicats agricoles pour tenter de les rassurer et dire ce que certains voulaient entendre.  Il a tenu des propos « liminaires » sur la situation de l’agriculture française pour répondre à l’urgence et surtout, une formule lapidaire sur l’environnement :

« Je voudrais d’ailleurs, au point où j’en suis, dire un mot de toutes ces questions d’environnement. Parce que là aussi, cela commence à bien faire. Je crois à une agriculture durable, j’y crois. Je ne renoncerai pas à l’ambition de mettre la France au premier plan des pays qui construiront une économie durable et une agriculture durable.« 

Un discours de crise pour une agriculture en crise, les agriculteurs étant victimes d’une chute sans précédent de leur revenu, -34% en 2009. Mais depuis décembre dernier, la FNSEA se pose elle aussi en victime et trouve un bouc émissaire. Les mesures agro-environnementales sont montrées du doigt comme responsables des pertes de revenu et de compétitivité. « Il faut faire une pause » lançait son Président M. Lemétayer,  « L’environnement ça suffit » acquiesce désormais Sarkozy.

Au delà de l’environnement, le Président de la république parie en fait sur les prix contre les subventions dans la négociation à venir sur l’avenir de la PAC :

« Je prends mes responsabilités, je dis d’ailleurs à nos partenaires de l’Europe : « vous voulez baisser le budget agricole, on peut en discuter. Mais dans ce cas-là, la France exigence la préférence communautaire et les prix. Je ne fais pas de démagogie. Je vous dis, vous m’avez bien entendu, je suis prêt à accepter qu’on diminue la part des dépenses agricoles dans le budget communautaire à condition qu’on fasse de la préférence communautaire. »

Sarkozy se trompe-t-il de cible ? Oui si l’on écoute le Commissaire à l’agriculture et au développement rural Dacian Cioloş, qui déclarait récemment : « L’environnement est le meilleur argument en faveur de la PAC« . Dans un entretien publié au début du salon de l’agriculture par l’agence Agra presse,  Cioloş a souligné que les contraintes environnementales étaient « le principal défi de l’agriculture, mais également la meilleure assurance-vie pour la pérennité de politique agricole commune« . Vraisemblablement il n’a pas été entendu par les leaders agricoles français.

Mots clés : , , , ,

Laisser un commentaire